UNE AVENTURE D’HOMME – Dernière partie (Le Chemin de Via de la Plata)

Nos deux pèlerins Gino et Jean Pierre continuent leur chemin. Ils partagent la rudesse du climat, la fatigue mais aussi ils s’émerveillent sur les régions traversées.

Marcher requiert à la fois de l’effort, de la patience ainsi que du courage  et de la  volonté. Ces qualités les feront aller au bout.    

 

Dernière partie : Salamanca – Saint Jacques de Compostelle (Santiago)

 

Salamanca est située dans la région de Castille-et-Léon. Jean Pierre et Gino profitent d’une journée de repos pour visiter la ville. Célèbre pour son université qui est l’une des plus anciennes

lecole-salamanque-L-Bc84oQ400_F_9106003_qagFH4eQ6vCremsOJb9wxT3RaA2DWEnDavec la Sorbonne située à Paris. Naturellement ils vont voir la cathédrale, la casa de las Conchas et Plaza Maya. Lors de leur visite il croisse un car de touristes français qui leur posent beaucoup de questions et qui les photographies sur toutes les coutures comme des êtres extraordinaires. Ils trouvent une petite pension au centre de la ville.  Ils font un excellent repas avec Etienne, Paul, Arthur et Jean François. Malheureusement l’après midi et le soir il pleut et il fait froid.

 

DSCN2236

 

Le 21 mai nos pèlerins partent de Salamanca en direction de El Cubo en passant par Calzada de DSCN2262DSCN2261Valdunciel. Durant ces deux jours il pleut et il fait froid, environ 7°. Au cours de leur marche ils rencontrent un couple de Belge qui mange très souvent et marche à vive allure. Le temps a rendu les chemins impraticables ; ils sont obligés de marcher sur la route,  de mettre leur protège sac et leur Poncho. Arrivés à El Cubo ils trouvent l’auberge municipale fermée; elle a été remplacée par une auberge privée où ils retrouvent des pèlerins australiens avec qui ils marchent quelques jours.

 

DSCN2270

 

Leur parcours continue en direction de Zamora une étape de 30 kms sous la pluie et le vent pour une bonne partie du chemin. Ils arrivent vers 14h à l’auberge située sur les hauteurs de la ville qui est très jolie. Ils font connaissance d’un couple de français et d’Arnaldo le brésilien. Le soir ils dinent à l’auberge, soupe de lentilles, salade et riz au lait. Au cours du repas ils rencontrent Diégo qui les accompagne souvent.

Après une bonne nuit, ils partent en direction de Montamarta une étape de 23 kms. Le chemin est très mal balisé et trouver la bonne direction occasionne quelques soucis.  L’auberge municipale est fermée mais ils trouvent une auberge rurale correcte.

Le lendemain ils quittent le chemin Via de la Plata pour celui Del Camino del Sanabria . Ils se dirigent directement vers Tabara pour pouvoir arriver dans les temps à Orense où ils doivent  me retrouver. Ils marchent sur la route nationale qui est peu fréquentée car c’est dimanche, Les villages traversés sont déserts, les bars fermés. Arrivez à 13h30 ils déjeunent et retrouvent le groupe d’italiens ainsi que Arnaldo. L’hospitalero, pèlerin lui aussi, est très accueillant. Il a écrit sur tous les chemins de St Jacques de Compostelle. Aujourd’hui se sont les élections Européennes et la fête des mères. Les espagnols se sont mis sur leur 31. Ils dînent avec les 14 autres pèlerins de toutes nationalités. Après le dîner l’hospitalero nous emmène voir le coucher du soleil situé derrière l’auberge. Ce fût une des meilleures soirées par sa convivialité.

 

DSCN2289

 

Après un petit déjeuner pris en commun suivi d’une séance photos, nos amis quittent Tabara  pour Camarzana soit 30 kms. Les heures de marche s’écoulent et trouver un endroit ouvert pour se DSCN2293restaurer est un véritable défi. Euréka, ils croisent une personne qui  les conduit à une salle des fêtes; là ils commandent un Coca et une madeleine. Ils reprennent la route après cette pose bien venue et ils arrivent à Santa Croya de Tera.  Ils s’arrêtent chez Anita où ils prennent leur repas. Dur, dur pour repartir, même s’ il ne reste que 5 kms pour arriver à l’hôtel Juan Manuel.  La bonne surprise est qu’ils ont une chambre pour deux (exceptionnel  sur le chemin) mais le repas vraiment pas terrible.

 

Direction Puebla de Sanabria en passant par Monbuey soit deux étapes d’un peu plus de 30kms chacune.  La première étape se fait en 8h45 sur un parcours superbe. Ils s’arrêtent vers 10h pour un casse croûte près d’une église où ils rencontrent un couple d’espagnol, Léa et Pablo ainsi que des italiens qui ont fait une partie du chemin en bus.  Dans l’auberge qu’ils trouvent difficilement, ils revoient Diego. Le lendemain départ  à 7h pour Sanabria  un chemin de 34 kms. Sur le parcours des centaines de petits lapins les accompagnent. Ils  s’arrêtent au bar « Chez Carmen » qui reste un des meilleurs souvenirs de casse croûte.  Ils arrivent vers 16h à Sanabria et une grande surprise les attend : l’auberge est bondée de pèlerins alors qu’ils n’ont rencontrés quasiment  personne sur le chemin ; cela reste un des mystères de St Jacques de Compostelle.

Debout 6h pour 30 kms de marche en direction de Loubian. Le temps est mauvais, pluie très forte et froid, en plus ils se trompent de chemin au départ et doivent grimper le col de Alto de Pardornelo situé à 1345 m. Pour reprendre des forces et se sécher un peu ils s’arrêtent dans un bar qui vend beaucoup de charcuterie et ils se font préparer un énorme sandwich. La pose terminée ils repartent en direction de Loubian. Ils atteignent l’auberge vers 14h15 où ils ont hâte de se sécher. Ils y trouvent  leurs amis italiens et Arnaldo. En visitant le village ils entendent des chants religieux.  Qu’elle est leur surprise en entrant à l’intérieur de l’église, celle-ci est vide ? En fait c’est une messe enregistrée. Ils restent un moment à écouter ces cantiques (à en mouiller leurs yeux).  Après un repas acheté dans une petite surface, ils dorment dans la cuisine.

Départ à 7h pour nos deux marcheurs en direction Agudina. Arnaldo est parti à 4h30 et  leurs amis italiens en même temps qu’eux. Le trajet se passe sous la pluie et le froid. La montée de l’Alto de Canda (1272 m.) est pénible. Au milieu du chemin boueux et pierreux un ruisseau se forme.

 

DSCN2319

 

Je viens de leur annoncer que je ne pourrais pas les rejoindre à Orense. Nous sommes tous très déçus mais cela est plus raisonnable car étant à Paris j’aurais dû faire en voiture au total plus de 3000 kms suivis de 100 kms de marche… dur,  dur.

Jean Pierre et Gino décident de faire le trajet  Agudnina – Campobecerros en taxis afin de réduire la distance à 50 kms au lieu de 72 kms pour les deux prochaines étapes d’un dénivelé très important.

 

IMG_0204Arrivés à Campobeccerros, ils partent à 9 heures en direction de Xunqueira en faisant une escale à Albergueria soit deux étapes de 28 et 21 kms. Les paysages sont superbes mais le  temps est frais. L’auberge située à Albergueria tenue par Luis est très sympa, elle est décorée de coquilles sur lesquelles est inscrit  le nom des pèlerins. A Xunqueira nous rencontrons de plus en plus de pèlerins et surtout des espagnols  (on voit que Santiago n’est plus très loin).

 

DSCN2345

 

Gino et Jean Pierre prennent la direction d’Orense soit 22 kms à 6h30. Il fait encore nuit et il leur DSCN2358est difficile de trouver leur chemin.  Ils arrivent vers 12h à l’auberge qui est fermée. Ils retrouvent les italiens et un couple de Slovaque arrivé en bus. Orense étant une grande ville ils en profitent pour aller la visiter. Ils repèrent un petit resto où ils dégustent des poulpes à la gallega arrosées d’un Ribeira blanc.  La nuit a été difficile, l’auberge est grande et beaucoup de pèlerins arrivent tard. Un groupe de portugais qui n’a pas pu se loger fait pas mal de bruit.  Ils se déplacent avec un fourgon et ils ne prennent avec eux que le strict nécessaire.

 

DSCN2372A 6h30 ils sont en route pour Cea située à 22 kms. Le temps n’est pas terrible et le dénivelé est important. Ils m’ont dit après, « heureusementIMG_0247 que tu n’es pas venu car tu aurais souffert ». Après une marche de 5h30 les voilà à l’auberge suivis de peu par les italiens. L’hospitalero est très sympa. Il leur fait visiter un vieux four à pain qui était utilisé par les villageois.  Ils dînent à l’auberge, au menu : tripes aux pois chiches, tomates et fromage avec du vin rouge. Le soir ils retrouvent le couple de français.

 

Après une bonne nuit les voilà partis pour Castro Dozon une étape de 20 kms, il fait froid et il IMG_0252pleut sur une grande partie du parcours, Poncho de rigueur. Un détour par le monastère d’Oseida, bâtiment important qui servait de relais pour les pèlerins. Actuellement quelques religieux y habitent. Le chemin est très fatiguant car le dénivelé est très important. Les montées suivies de descentes difficiles s’enchaînent les unes après les autres. A leur arrivée il y a peu de Pèlerins mais le soir l’auberge est complète : beaucoup d’espagnols viennent pour avoir le tampon du crédencial. Nos amis se font un petit resto avant d’aller au lit.

Allez, courage ! les voici partis pour Outeiro de Vedra en passant par Silleda soit un total de plus de 50 kms en deux étapes. Au départ ils marchent avec quatre espagnols et un couple d’allemand. Le temps est toujours aussi frais. Ils font une pose chez Maria-José qui est signalé sur leur livre. L’auberge à Silleda les déçoit par rapport à la publicité qui en est faite. Ils ont une chambre à deux DSCN2409lits mais ils ne peuvent pas faire sécher leur linge sous la véranda. Ils doivent utiliser un sèche linge qui coûte 4€. Tant pis ! Il séchera dans la chambre. Le lendemain ils atteignent sous la pluie  Outeiro de Vedra. Des pèlerins (venus en taxi) sont déjà installés à l’auberge située en dehors de la ville. L’hospitalero fait visiter l’église et une fontaine à Jean Pierre. Il a une opinion négative sur les catalans. Ils sont invités le soir à diner à l’auberge par leurs compagnons italiens. Les esprits sont animés par l’idée que demain leur périple prend fin.

 

IMG_0271

 

 

Ce matin le lever est différent car nos deux pèlerins savent qu’ils font leur dernière étape. Je pense qu’ils ne savaient pas ce qui les a poussé à le faire mais ils l’ont fait

Le 8 juin, après 40 jours, ils partent à 7h30 (16 kms) pour Santiago sous la pluie. Le chemin est agréable mais il grimpe tout le long. Enfin, ils voient la banlieue de Santiago. Saint Jacques de IMG_0278Compostelle situé en Galice (Santiago) est le lieu où les chrétiens catholiques vont pour atteindre le tombeau de Saint Jacques le Majeur. C’est un des trois pèlerinages de la chrétienté avec ceux de Jérusalem et de Rome. Cette ville millénaire témoigne de son histoire par un ensemble architectural important.  Revenons à nos deux DSCN2419pèlerins. La première chose qu’ils doivent faire est de trouver un logement. Jean Pierre connaissait un établissement « Le Seminario Mayor » mais il est complet. La ville grouille de pèlerins et d’ autobus. Ils se font aborder dans la rue. On leur propose une chambre qu’ils acceptent. Elle est située dans le centre ville. Ils déposent leurs affaires et  ils se dirigent à la Maison du Pèlerin pour y retirer la Compostelle. Il y a une queue impressionnante et … il pleut. Ils décident de reporter cette démarche. Ils vont alors s’occuper de leur retour. Pour cela ils se Pilgerausweis1rendent à la maison du tourisme.  Problème : le train pour aller à Barcelone est complet pour les deux prochains jours. Ils trouvent des places par le car mais ils ne pourront pas assister à la messe des pèlerins du dimanche de la pentecôte qui se déroule à la cathédrale. Ils iront alors à celle du samedi soir. En fin de journée ils retournent à la Maison des Pèlerins. Il y a toujours autant de monde. Obligés donc de faire la queue. Après plus d’une heure d’attente ils ont enfin leur précieux document. Pour fêter leur arrivé, ils vont au restaurant déguster des fruits de mer avec deux bonnes bouteilles de Riberia.

 

 

Dimanche grand départ pour Roses après avoir fait quelques achats. Ils prennent le bus et le train encore 1300 kms avant d’arriver.

Fin du chemin de Compostelle (La Via de la Plata)

Jean Pierre et Gino

 DSCN2421 (2)

 

En tant que transcripteur de leur aventure je voudrais leur dire :

J’ai appelé votre Chemin de Compostelle  » Une histoire d’homme » car il a fallu à l’un et à l’autre faire preuve de beaucoup de courage pour partir ensemble alors que vous ne vous connaissiez presque pas. Vos caractères si différents vous ont servis. Vos souffrances ont été oubliées par le partage de celles-ci. Vous êtes devenus un alors que vous êtes deux.

Mais au bout, cela a été possible par l’amitié qui est née et s’est fortifiée dans les épreuves et qui j’espère grandira avec le temps.

Votre chemin restera dans votre quotidien.  La route fut longue mais le chemin fut beau.

 

Ecrit par Christian H.

 

Je vous joins ci-dessous un texte écris par l’hospitalero  José ALMEIDA

 

En ce moment tu es  entrain de faire ce chemin comme pèlerin.
Tu es en train de faire le chemin de saint jacques
Tous ceux qui font ce chemin sont en quête d’une recherche
Tu cherches quelque chose
Si tu cherches quelque chose, c’est que quelque te manque dans ta vie
Toute notre vie est un pèlerinage de recherche.
L’église se recherche dans l’histoire, depuis plusieurs siècles.
Maintenant nous demandons la bénédiction de dieu, pour que l’esprit saint vienne à notre rencontre de ce que l’on cherche.

 

 

aucun
TAGS:

21 Comments

  1. Simone.LLanca(voisine) dit :

    C’est une preuve de courage, de volonté et de force.
    C’est une belle aventure humaine, cela t’a permis de voir des paysages
    inoubliables, des souvenirs pleins les yeux, tu revois ces images qui te
    font chaud au cœur, continue tant que tu peux, de la part de tes voisins
    qui te félicite. Bises.

  2. gino.llanca dit :

    merci surtout à toi jean pierre,car sans ton invitation j’aurai jamais connu, cette aventure dite humaine,et ce bonheur.j’en redemande encore.!!!amitiés à toi

    • christian dit :

      Cela a été une aventure à deux et ses vos forces et vos volontés qui ont permis d’aller au bout de ce chemin de Compostelle.
      A bientôt – Christian

  3. jean pierreRigual dit :

    Voila c’est fini
    Merci Christian, d’avoir fait découvrir notre chemin de Seville a Santiago a nos amis et aux lecteurs du petit poisson.es.
    Merci Christian d’avoir si bien retranscrit mes notes, fait découvrir nos photos, nos anecdotes, nos rencontres, nos souffrances.
    Nous avons été les acteurs tu en a été l’auteur.
    J’en profite pour remercier Gino de m’avoir si souvent attendu.
    Si dieux le veut peut être a l’an prochain sur le camino del norte

  4. jean pierreRigual dit :

    Voila c’est fini
    Merci Christian, d’avoir fait découvrir notre chemin de Seville a Santiago a nos amis et aux lecteurs du petit poisson.es.
    Merci Christian d’avoir si bien retranscrit mes notes, fait découvrir nos photos, nos anecdotes, nos rencontres, nos souffrances.
    Nous avons été les acteurs tu en a été l’auteur.
    J’en profite pour remercier Gino de m’avoir si souvent attendu.
    Si dieux le veut peut être a l’an prochain sur le camino del norte

  5. jean pierre rigual dit :

    Voila c’est fini.
    Merci d’avoir raconté notre chemin avec talent.
    Avoir retranscrit mes notes, nos souvenirs, nos photos.
    D’avoir fait connaître la vie d’un pèlerin, ces rencontres, ces histoires, ces souffrances a notre famille a nos amis.
    Sans toi nous aurions ete des pèlerins anonymes(ce que l’on recherche).
    Nous en avons ete les acteurs et toi Christian tu en est l’auteur.
    J’en profite pour remercier Gino de m’avoir souvent attendu.

    Merci encore et peut etre a l’an prochain sur le camino del norte.

    • christian dit :

      Content d’avoir su traduire votre pèlerinage et vos rencontres ainsi que les difficultés que vous avez vécues. Pour informations j’ai mis l’information de votre pèlerinage sur Twitter

  6. gino.llanca dit :

    encore une fois bravo Christian,de faire partager, à d’autres personnes notre aventure,avec autant de précision. j’en ai encore la larme à l’œil. jean pierre et moi même sommes fier, de t’avoir confier notre périple. mes amitiés!!!

    • christian dit :

      Merci Gino pour ton commentaire, j’espère avoir traduit au mieux votre aventure et l’amitié qui s’est liée entre vous.

    • jacques.d'angoulême dit :

      Content d’avoir pu lire votre dernière partie.Souvent je pense à ce que l’on a vécu. Je suis en train d’en écrire le récit. Je n’en ai pas encore la larme à l’oeil, mais l’an prochain je pars pour la via Tolosana et le Norte dans la foulée. Amicalement à vous

      • christian dit :

        Merci de votre visite sur le site WEB et de votre commentaire. Bon courage pour vos prochaines aventures. Salutations – Christian

      • jean pierre rigual dit :

        a jacques d’Angoulême ravis que tu ai lu notre recit,dont tu en est également un acteur, qui a connu les mêmes Meaux et les mêmes joies que nous, dis moi comment as tu eu l’info de notre récit sur le petitpoisson.

        amitiés jacquaires Jean Pierre

        • jacques.d'angoulême dit :

          C’est en cherchant sur Google des infos sur la Via de la Plata qu’une photo me parle. En cliquant, j’ai atterri sur votre site. Inutile de te dire que j’étais heureux et le serai plus encore si tu pouvais me communiquer ton adresse mail pour te faire parvenir qques photos de Gino et toi. Amitiés jacquaires.

    • jacques.d'angoulême dit :

      Content d’avoir de vos nouvelles à travers le récit de votre ami. Heureux de voir que Jean-Pierre t’a converti pour ce périple et certainement d’autres. Pour ma part nous avons terminé le 9.06.2014 avec l’ami Etienne. En voie moi ton e-mail pour recevoir qques photos de Jean-Pierre et de toi. Sincères amitiés

  7. jean pierre dit :

    nathalie a raison il manque un bout a cette citation
    pour que l’esprit saint vienne a notre rencontre sur ce chemin, et nous aide a retrouver ce que l’on cherche

  8. nathalie de villepin dit :

    Je viens de m’apercevoir que j’ai mis un commentaire sur l’article précédent… ce commentaire concerne bien sûre, le dernier volet de ce magnifique récit…j’espère que tu pourras le lire, sinon dit le moi.
    Bravo.
    Il manque un bout à cette belle citation « je demande la bénédiction de Dieu pour que l’Esprit Saint … »
    que fait il l’Esprit Saint dans ce cas présent… A mon avis, il manque un bout !

    • christian dit :

      Bonjour Nathalie et merci pour avoir visité le site et pour tes commentaires. j’ai fait la rectification sur la citation écrite par l’hospitalero. A bientôt sur notre site

  9. mireille soco dit :

    Félicitations à nos 2 amis qui, à travers ton recit Christian, nous font généreusement partager cette richesse qu’ est leur rencontre et leur partage dans cette merveilleuse aventure humaine. Je suis personnellement fière de vous ! Merci à vous 3, Bises à bientôt. Mimi

Publiez un commentaire